[ SkipToMainMenu ]

Pourquoi le gouvernement ne dénonce-t-il pas la désinformation électorale ?

Sénateur Gold, dans les derniers jours, la conseillère à la sécurité nationale et au renseignement Jody Thomas, la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly, le ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités Dominic LeBlanc, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires ont confirmé qu’ils ne sont au courant d’aucune ingérence de la part de la Chine en ce qui concerne 11 candidats aux élections de 2019. Même si c’est le cas, une chasse aux sorcières est en cours pour trouver le nom des 11 candidats et l’identité d’un certain nombre de travailleurs de campagne électorale et de membres du personnel politique qui sont aussi soupçonnés d’avoir été financés par le gouvernement chinois.

Il n’est pas surprenant que les Canadiens d’origine chinoise soient parmi les personnes les plus susceptibles d’être en butte aux soupçons. Que fait le gouvernement pour mettre fin à ce genre de spéculation irresponsable?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat) : Je vous remercie, sénateur Woo, de poser cette question et de mettre en lumière l’effet qu’a cette situation sur la communauté sino-canadienne.

Il existe malheureusement, comme on le sait, de réelles préoccupations au sujet de l’ingérence de la Chine dans nos institutions. Cela a été souligné, notamment, par le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, et des enquêtes sont d’ailleurs en cours. Il est encourageant de savoir que rien ne démontre que les élections tenues récemment n’étaient pas intègres.

L’inquiétude que vous exprimez est bien réelle. Je sais que des enquêtes sont en cours, mais je ne sais pas ce que le gouvernement fait, ou envisage de faire, pour rassurer les membres de la communauté sino-canadienne qui ont l’impression d’être sous les projecteurs ou se sentent ciblés. Les Canadiens peuvent avoir l’assurance que le gouvernement mène des enquêtes approfondies au sujet des allégations et qu’une fois les enquêtes terminées, d’autres faits seront communiqués.

Le sénateur Woo : Cette allégation émane d’un article de Global News qui ne nommait aucune source. De plus, aucun autre média d’information n’a validé cette nouvelle par la suite. Pourtant, cette histoire a été répétée ad nauseam par d’autres médias et par les membres des deux Chambres. Si cette histoire est réellement fausse, elle a sérieusement entaché notre démocratie. En fait, ce type de reportage correspond à du déni électoral.

Pourquoi le gouvernement ne dénonce-t-il pas un exemple aussi flagrant de désinformation?

Le sénateur Gold : Je vous remercie de votre question.

Comme je l’ai dit, le gouvernement enquête sur ces allégations. D’ici à ce que les enquêtes soient terminées, le gouvernement n’est pas en mesure de se prononcer sur ces histoires, quelle qu’en soit la nature.

Je le répète, le gouvernement prend très au sérieux non seulement ces allégations, mais aussi leur incidence sur la population. Les enquêtes sont en cours.